Retour aux années 90. Début des raves et de l’avènement des soirées parisiennes de haute voltige. Les fameuses Wake up enflamment le Rex Club et Pépé del Noche ne s’y fait pas prier, toujours en compagnie de son fidèle ami Laurent Garnier avec lequel il a commencé à chiner des disques dès 1991.

Dans ses débuts, Benjamin Hyrek, de son vrai nom, se laisse séduire par la trance Goa après avoir expérimenté le hardcore pendant moins d’un an. Performant dans ce milieu, il intègre rapidement l’organisation des soirées Gaia Concept et enchaîne les dates au Gibus et à La Machine (anciennement la Locomotive). Cependant, dès 1997, largement influencé par l’effervescence de la vague techno-house de l’époque, Pépé Del Noche y trouve un second souffle jusqu’à la fin des années 2000 où il décide finalement de s’orienter vers la deep house pour laquelle il puise son inspiration auprès d’Anthony Parasole ou encore de DJ Q.

Par la suite, une pause de plusieurs années marque un temps d’arrêt à sa carrière de DJ, ce qui ne l’empêche pas de continuer à acheter des disques chez ses disquaires favoris tel que l’International.

En 2013, son retour derrière les platines est marqué par ses performances aux opens air Microclimat, où ses mix oscillent entre le Nu disco et le psychédélique et dans lesquels on retrouve toujours l’aspect « mental » de la trance qui n’a cessé de l’accompagner dans ses créations artistiques. C’est même à l’occasion d’une interview réalisée par Trax que Pépé del Noche nous le confirme :

« D’ailleurs, j’adore passer mes vieux maxis de trance goa en 33 rpm.. ».

Aujourd’hui gérant du label L’Acid Rendez Vous et après 25ans de métier, Pépé del Noche continue d’exceller en proposant un mélange d’époques et de pépites musicales défiant toute esthétique musicale.